Vojta, méthode de rééducation motrice

La méthode Vojta, elle vient d’où et elle a été inventée par qui?

C’est à partir des années 1950, en Tchécoslovaquie, que le neurologue V.Vojta a commencé à tâtonner autour du concept thérapeutique actuel.

Pour qui?

Très intéressante dans beaucoup de situations (et pas uniquement chez les jeunes enfants…), voici les « indications thérapeutiques » citées sur le site internet :

Troubles de coordination centrale moyens et sévères
Troubles de coordination centrale légers, asymétriques
Infirmité motrice d’origine cérébrale (IMOC)
Torticolis musculaire et neurogène
Paralysies périphériques (enfant et adulte), plexus brachial
Myéloméningocèle
Myopathies congénitales – Malformations congénitales (athrogrypose, pied bot etc…)
Syndrome de Morbus Down et autres syndromes – Retards moteurs
Troubles divers de la posture et du redressement, scolioses, cyphoses
Dysplasies de hanche
Hémiplégie de l’adulte
(liste non exhaustive)…

Elle permet aussi de prévenir l’apparition de certains troubles comme la scoliose par exemple.

Quels en sont les objectifs?

Elle permet une évaluation clinique du développement de l’enfant dès sa naissance, c’est un bon outil de diagnostic.

C’est une thérapie globale et efficace, applicable dès les premiers jours de vie.

Sur le site internet nous retrouvons les objectifs suivants :

Infléchir l’activité réflexe du jeune enfant et orienter son développement neuromoteur dans une direction plus physiologique, par l’induction d’une activité neurologique centrale différente qui procure au patient un vécu corporel nouveau. La proprioception y joue un rôle important.
Modifier les automatismes spinaux dans les lésions médullaires.
Contrôler la respiration de manière à augmenter la capacité vitale.
Contrôler les réactions neurovégétatives, et favoriser une croissance harmonieuse de l’appareil locomoteur.
Prévenir la dégradation orthopédique fréquente dans les situations pathologiques sévères.

Les aspects médicaux :

L’étude de la réactivité posturale automatique, c’est à dire des réactions globales à des changements inopinés de position du corps dans l’espace (par exemples provoqués par le kinésithérapeute), permet de mettre en évidence des anomalies fonctionnelles d’origine centrale ou périphérique et de préciser le niveau de développement moteur de l’enfant.

L’analyse cinésiologique*de la motricité spontanée, c’est à dire l’analyse très précise des stratégies locomotrices, permet de décortiquer ces dernières -et leurs variantes- chez l’enfant.

(*analyse cinésiologique = Étude du mouvement humain dans des situations précises afin d’en déterminer les implications musculaires et articulaires.)

La réflexologie : la connaissance d’une série de réflexes, leur analyse, leur présence ou absence permet, entre autres, d’apprécier la sévérité du trouble de coordination centrale.

La physiothérapie / kinésithérapie : elle repose sur trois notions centrales : les chaines musculaires, la locomotion réflexe et le frayage.

Les chaines musculaires :

C’est l’idée que les actions musculaires ne sont pas indépendantes, elles sont en relation les unes avec les autres.Toute action musculaire localisée vient inévitablement participer à un ensemble synergique plus large, qui se coordonne et diffuse à travers le corps selon un trajet défini.

La locomotion réflexe :

Il s’agit de schèmes globaux et innés : le ramper réflexe et le retournement réflexe, ils sont dit globaux, c’est à dire qu’au cours de leur déroulement, l’ensemble de la musculature striée est activée selon un mode coordonné. Le Système Nerveux Central est impliqué dans cette activation à ses différents niveaux. Dans la méthode Vojta la locomotion réflexe est déclenchée à partir de stimulations spécifiques (pressions) appliquées sur des zones définies.

Le frayage :

En maintenant les pressions expliquées ci-dessus, le kinésithérapeute  »transforme » un mouvement normalement transitoire avec déplacement des segments corporels en un mouvement dit isométrique c’est à dire que la contraction musculaire persiste, sans mouvements segmentaires (= des membres). Par ce système le thérapeute peut  »aider le système nerveux central (= le cerveau) à recruter plus de neurones, plus longtemps et de façon plus adaptée ». (somation neuronale spatiale et temporelle)

Les détails ici.

Astuces pour favoriser le développement postural :

Les astuces évoquées sont applicables à l’enfant dit « sain ». Elles restent valables pour l’enfant porteur de handicap ou à risque de présenter un retard, mais les délais peuvent alors varier, et d’autres choses seraient probablement à mettre en place.

Je vous invite à aller lire l’ensemble de ces astuces qui sont particulièrement intéressantes.

L’installation de l’enfant :

Les thérapeutes formés à Vojta travaillent aussi sur l’installation de l’enfant dans la vie quotidienne, et sur les différents appareillages. Leur approche est très intéressante, et souvent bien plus poussée que ce qui est proposé habituellement.

Leurs installations ne sont pas nécessairement très complexes, mais pensées pour que l’enfant soit « actif » à l’intérieur.

Elles gagneraient à être connues car malheureusement pour l’instant les familles sont souvent « obligées » de bricoler les différentes choses proposées.

Beaucoup plus d’informations ici (à lire absolument, même si vous ne pensez pas faire Vojta…)

Je me suis formée à l’utilisation de ces installations, à leur réglage et à leur préconisation.

Qui la pratique?

Des kinésithérapeutes qui se sont formés à cette méthode en particulier. En effet elle n’est pas enseignée « à l’école »

Il est possible d’obtenir des informations sur le praticien le plus proche de chez vous en prenant contact avec eux par le site internet.

Des informations sur les formations sont disponibles ici.

A quoi cela ressemble concrètement?

Difficile à décrire, et surtout, même avec des images ou des vidéos, pas évident pour celui qui n’a pas l’œil exercé de comprendre en quoi cela consiste.

Je vous invite à regarder cette page, au niveau de [D – Exemple de situations thérapeutiques] pour vous faire une petite idée.

Merci à Hugues Lagache, alias posmodev, webmaster du site http://posmodev.pagesperso-orange.fr/ , pour son aide, ses réponses et ses explications. Un grand merci à lui à qui je dois beaucoup. Il m’a énormément appris et aujourd’hui j’utilise quotidiennement des compétences que j’ai acquis grâce à lui, à ses recherches, à ce qu’il a pu inventer et partager.

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.